Sauf avis de recherche, nous ne publions plus de photographies, vidéos ou articles d'auteurs d'attentats, afin d'éviter d'éventuels effets de glorification posthume. Les rendre anonymes, c'est les combattre !

dimanche 1 avril 2018

L’ambassadeur russe à Londres précise qui est derrière l’affaire Skripal et pourquoi


L’ambassadeur russe à Londres, Alexandre Iakovenko, a qualifié l’affaire Skripal de provocation réalisée par les services spéciaux britanniques dans le contexte des problèmes auxquels le Royaume-Uni doit faire face.

L'affaire Skripal est une provocation organisée par les services spéciaux britanniques a annoncé l'ambassadeur de Russie à Londres Alexandre Iakovenko dans une interview accordée à la chaîne de télévision russe NTV.

«On refuse de collaborer avec nous, on ne nous présente aucuns faits. Cela nous pousse à conclure que c'est une provocation des services spéciaux», a déclaré M.Iakovenko.

Il a aussi indiqué que le Royaume-Uni se trouvait maintenant en difficulté à cause de deux raisons. D'abord, le Brexit.

«À Bruxelles, quand la déclaration sur Skripal a été adoptée, le sujet du Brexit a complètement disparu. À ce moment-là, des accords sur de nouvelles négociations entre Londres et les pays de l'Union européenne ont été conclus. Autrement dit, le sujet [du Brexit, ndlr] est resté inaperçu et les Britanniques ont accepté dans ce cadre-là pratiquement toutes les conditions de l'Union européenne», a ajouté l'ambassadeur russe.

Quant à la seconde raison, elle est liée au rôle du Royaume-Uni au sein de ses alliés. Selon M.Iakovenko, avec l'approbation de la stratégie de sécurité nationale en 2015, Londres a décidé de prendre le leadership dans la question de la dissuasion de Moscou.

«Une provocation forte est nécessaire pour dissuader la Russie. Cette provocation sauvage a probablement été organisée par les Britanniques pour que le peuple et le parlement soutiennent cette position», a souligné le diplomate.

Cela étant, il est certain que le Royaume-Uni ne réussira pas à rendre l'information sur l'affaire Skripal secrète et à éviter la responsabilité.

«Je suis sûr que la Russie ne permettra pas aux Britanniques de sortir de la légalité. Ils devront répondre. Maintenant, nous choisissons quelle méthode suivre», a conclu Alexandre Iakovenko.

Dans une interview accordée à la chaîne de télévision NTV, Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a qualifié de «spectacle» les déclarations et mesures prises par Londres qui accuse Moscou d'être impliqué dans l'empoisonnement de l'ex-espion Sergueï Skripal et de sa fille.

«C'est un spectacle, une mystification absolue, une séance de magie», a-t-elle déclaré.

Et d'ajouter:

«Cela ne fait même plus rire. C'est une question de honte totale pour le Royaume-Uni avec tous ses services secrets. C'est un échec colossal.»

Maria Zakharova a fait remarquer que les déclarations des autorités officielles de Londres au sujet de l'affaire Skripal s'inscrivaient dans le droit fil de la campagne antirusse déployée dès que la Russie a lancé son opération en Syrie.
«Parce que le sujet des armes chimiques doit être toujours présent dans les médias. Parce qu'il faut dénigrer les efforts de la Russie en Syrie », a-t-elle souligné.

Évoquant les déclarations de la Première ministre Theresa May au sujet de l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, Maria Zakharova a rappelé que Londres n'avait toujours pas fourni à Moscou d'informations sur Sergueï Skripal et sa fille, sur leur état, sur le lieu où ils se trouvaient, sur ce qui se passait.

Moscou envoie une liste de 13 questions sur l'affaire Skripal à l'OIAC

Le ministère russe des Affaires étrangères a publié une liste de 13 questions qu'il avait adressée à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) concernant l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia à Salisbury, au Royaume-Uni.

La Russie a adressé une liste de 13 questions à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) concernant l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia à Salisbury, au Royaume-Uni, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

«Le 1er avril, la mission permanente de la Russie auprès de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a envoyé une liste de questions au secrétariat technique de l'OIAC concernant l'affaire Skripal montée contre la Russie», a indiqué le ministère dans un communiqué.

Moscou voudrait notamment savoir quelle aide les autorités britanniques ont demandé à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) suite à l'empoisonnement des Skripal, et si le Royaume-Uni a envoyé des informations supplémentaires sur cette affaire à l'OIAC.