Sauf avis de recherche, nous ne publions plus de photographies ou d'articles d'auteurs d'attentats, pour éviter d'éventuels effets de glorification posthume. Les rendre anonymes, c'est combattre Daech !

lundi 19 juin 2017

Affaire Gregory : les secrets de famille




Gaston Villemin est marié à Jeanne-Marie Hollard. Ils ont 5 enfants (?) : Jeanine née en 1932, Etienne né en 1927 (décédé en 1931), Suzanne, Yvette née en 1928 et Albert né en 1930.

Ils habitent Herpelmont. Le petit Etienne était le souffre-douleur de Jeanne-Marie. A force de coups il avait des marques sur tout le corps et avait un poignet cassé.

En février 1931 Jeanne-Marie frappe violemment Etienne qui s'ouvre la tête contre la cuisinière. Nullement effrayée, elle ne soigna pas son enfant, se contentant de cacher sa plaie sous un bonnet.

Gaston était parti quelques jours pour son travail. A son retour il s'aperçoit de la blessure de son fils. Il le soigne. Mais le 18 février voyant l'état de son fils s'aggraver, Gaston appelle un médecin. Le petit fut hospitalisé à Bruyères. Il décédera de ses blessures, deux jours plus tard, le 20 février 1931.

Le 14 mai 1931 Jeanne Hollard est condamné à trois ans de prison pour défaut de soins à enfant. Elle était enceinte et accouchera en prison en 1932, d"une petite fille, Jeanine. Elle revient avec la petite en 1934.

Pendant la guerre Gaston est mobilisé, en 1939, et laisse sa femme et ses enfants.

Gaston Villemin


Il est fait prisonnier, tombe malade et rentre en 1942.

Trop tard. Sa femme est partie avec un certain Hanz, soldat allemand, venu suppléé à la main d'oeuvre auprès des fermières seules. Elle est partie en emmenant Jeanine. Elle a vendu les bêtes, puis ses affaires et a laissé Yvette et Albert à une amie.

Albert et Yvette furent élevés par un de ses oncles, André, le frère de Gaston. Celui-ci les confiera ensuite à sa sœur Anna Baradel qui les élèvera jusqu'à leur majorité.

Gaston, bouleversé par le départ de sa femme, se pendra à un frêne dans le petit bois, derrière l'église de La Neuveville-devant-Lépanges.

Un autre événement était intervenu en 1935. Léon Villemin, un oncle, fut retrouvé sous un pont noyé dans la Vologne.

Et les malheurs continus. L'oncle qui élève Albert meurt d'un infarctus. Albert se retrouve à la DASS. Il se mariera en 1953 avec Monique Jacob qui attend un enfant d'un autre homme. Par amour il reconnaîtra cet enfant, Jacky.

La sœur de Monique, Thérèse Jacob, se marie avec Marcel Laroche. Elle meurt en 1956 en mettant au monde Bernard (ici avec son fils Sébastien).

Adeline et Léon Jacob, les grand-parents maternels élèveront Bernard Laroche comme ils le firent avec Jacky.

Ensuite, Louisette Jacob s'occupera de ces deux enfants.


Des malheurs il y en a eu beaucoup d'autres dans cette proche région de Lépanges. Entre autres :


Le 7 juin 1977 à Fays, Antoinette Balland, 65 ans et son fils Roger, un handicapé de 38 ans, furent torturés et assassinés.

à Laveline-du-Houx, le 17 juillet 1983, Marie-Juliette Demangeon connue le même supplice..., au lieu-dit "Herrigoutte"...

Le poète local Pierre Petit Nicolas, torturé et assassiné à Mortagne en septembre 1983 pour de l'argent...

En 1983 le propre frère de Marie-Christine Jacques (elle même atteinte de leucémie) l'épouse de Gilbert Villemin, Christophe, est arrêté et incarcéré pour avoir frappé à mort, avec d'autres jeunes, une vieille dame du hameau de La Poulière pour une modique somme d'argent...

Le père de de Jacky Villemin serait un certain Thiebault, mais le corbeau essaie de faire croire qu'il serait peut-être le père réel de Jacky. Le corbeau insinue qu'il y a un second bâtard du même père infidel, mais que personne ne le sait (manœuvre de déstabilisation ou vérité ?) à part lui et Monique V.

En réalité, Jacky et Thiebault se rencontreront plus tard (après l'affaire Gregory), Thiebault n'a jamais été au courant de la naissance de son enfant (Jacky).

Le second époux de Marie-Ange Laroche n'est autre qu'un cousin germain de Bernard Laroche qui s'appelle Jacob Denis (qui s'est pendu).

Les rumeurs disent qu' Albert Villemin a eu une liaison avec Thérèse Jacob mère de Bernard Laroche.

Cette dernière est décédée le lendemain de la naissance de Bernard Laroche !

Elle aurait laissé une lettre, jamais retrouvé officiellement mais longtemps recherché par Monique Villemin (née Jacob) !

Marie-Ange Laroche a mis dehors Monique après la mort du père de son mari car elle fouillait partout.

Comme par hasard le corbeau parle d'un autre bâtard que seul lui connait le nom !!!
La haine viscérale du corbeau a-t'elle un lien avec cette lettre de Thérèse Jacob et les éventuelles révélations qu'elle pouvait contenir.... ??? (Et que le corbeau aurait trouvé !)

Valérie Delaite, fille unique des époux Marcel et Jacqueline Jacob n'a plus de contact et ne parle plus avec ses parents depuis 1991, Jacqueline Jacob sa mère l'a renié en 1991. Leur relation a changé à partir de l'affaire Gregory, mais Valérie Delaite ne veut pas en parler; c'est d'ordre personnel.

Jacqueline Jacob est une femme très discrète, le couple Jacob s’adonnait à l’échangisme, une pratique qui, une fois ébruitée, a d’autant accentué le climat délétère au sein de la famille Villemin. Marcel et Jacqueline se sont un temps séparés, mais l'épouse est revenue vivre auprès de son mari. Elle aurait confié à des témoins: «Je n'ai pas le choix, il me tient.». Ces atermoiements conjugaux pourraient prendre un sens d'une tout autre dimension pour peu qu'on puisse les relier à un éventuel secret criminel partagé.


Voilà pour les histoires de famille des Villemin, Laroche et Jacob et les soucis qui vont avec...

Egger Ph.