Sauf avis de recherche, nous ne publions plus de photographies, vidéos ou articles d'auteurs d'attentats, afin d'éviter d'éventuels effets de glorification posthume. Les rendre anonymes, c'est les combattre !

mardi 11 décembre 2018

Un « kit d’hygiène » a été conçu pour les soldats déployés sur le terrain




Après une journée passée à crapahuter, une bonne douche est toujours bienvenue. Mais pour des soldats déployés au milieu du désert, l’affaire est plus corsée… Et il n’est évidemment pas question de faire comme dans une publicité autrefois célèbre où il suffisait d’attendre une pluie tropicale avec son savon pour se décrasser…

Comme l’explique l’État-major des armées, sur le terrain, le rituel est immuable : mise en place des mesures de défense, entretien des véhicules et des armes, repas, préparation du couchage et toilette corporelle, avec les moyens du bord, c’est à dire, généralement, une bouteille d’eau gardée à cet effet, voire une douche solaire.

Désormais, un nouveau « kit d’hygiène » est donné aux soldats engagés en opération afin de leur permettre de faire leur toilette pendant une semaine. Peu volumineux, et donc facile à emporter, ce kit comprend 21 sachets de lingettes imbibées de produits antibactériens, 3 gants de toilettes sans rinçage à usage unique, une brosse à dents et un tube de dentifrice.

Les avantages de ce kit d’hygiène sont nombreux. Notamment pour ce qui concerne la santé des soldats. En effet, avec la chaleur, il y a un risque d’infections de la peau pouvant être invalidantes, au point qu’il peut arriver « qu’il faille les évacuer », explique le colonel « Rémy ». Or, ajoute-t-il, une « toilette quotidienne permet de se débarrasser à la fois du sel, de la sueur et de la poussière, deux facteurs abrasifs pour la peau. »

Un autre avantage est que ce kit permet de réduire « l’empreinte logistique » dans la mesure où la consommation d’eau baissera mécaniquement.

« Auparavant, il fallait déployer lors des convois des douches solaires consommant 30 litres d’eau par personne. Nous nous sommes rendus compte que la toilette sur le terrain entraînait une consommation d’eau importante sans être très efficace », fait ainsi valoir le capitaine « Pascal ». Or, jusqu’à présent, « personne n’avait réfléchi à proposer un produit réellement adapté aux besoins du soldat », souligne-t-il. Ce qui est désormais chose faite.