Sauf avis de recherche, nous ne publions plus de photographies, vidéos ou articles d'auteurs d'attentats, afin d'éviter d'éventuels effets de glorification posthume. Les rendre anonymes, c'est combattre le djihadisme !

vendredi 6 avril 2018

Tariq Ramadan aurait versé 27 000 euros à une femme pour acheter son silence


Selon le journal belge Le Vif et Mediapart, Tariq Ramadan aurait versé 27 000 euros à une femme pour la contraindre à effacer ses publications sur internet où elle témoignait notamment de leur relation compliquée.

Tariq Ramadan aurait acheté en 2015 le silence de Majda Bernoussi à la faveur d’un accord entériné devant la justice belge, selon des informations rapportées le 4 avril par le site Mediapart et le quotidien belge Le Vif.

27 000 euros contre la suppression de publications sur internet faisant état de leur relation tumultueuse : tel aurait été l’arrangement conclu entre les deux parties. Si Majda Bernoussi venait à ne pas respecter cette clause, elle devrait alors verser «des dommages et intérêts forfaitaires de 100 000 euros par violation» selon un document qui n'a pour l’heure pas été versé au dossier judiciaire.

Contacté par le site français d’enquête et d’investigation, le président du tribunal, Luc Hennart, a confirmé cette information : «Cet accord prévoit que Majda Bernoussi retire ses publications sur le web et cesse d'en publier de nouvelles, moyennant une somme d'argent donnée par Tariq Ramadan [...] Cette transaction intervenue entre les parties a clos l'affaire en ce qui concerne la justice. Il n'y a pas eu d'autres actions introduites à Bruxelles, ce qui laisse supposer que l'accord a été respecté de part et d'autre.»

Agée de 45 ans, cette Belge d'origine marocaine avait fait état en 2014 de l’emprise qu’avait le théologien suisse sur elle et affirmé avoir été sa maîtresse pendant cinq années. Si elle avait confié s’être «sentie violée mentalement» par un «manipulateur destructeur», elle n’a pas, à ce jour, engagé de poursuites judiciaires contre lui. Néanmoins, elle pourrait être amenée à témoigner dans l'enquête judiciaire ouverte en France.

A la suite de la plainte de deux femmes, Tariq Ramadan a été placé en garde à vue le 31 janvier, puis mis en examen le 2 février pour viol et viol sur personne vulnérable, avant d'être incarcéré. Début mars, une troisième femme portait plainte contre lui pour viol et une quatrième femme, citoyenne américaine, aurait porté plainte contre lui auprès de la police de Washington.