Sauf avis de recherche, nous ne publions plus de photographies, vidéos ou articles d'auteurs d'attentats, afin d'éviter d'éventuels effets de glorification posthume. Les rendre anonymes, c'est combattre le djihadisme !

samedi 31 mars 2018

Londres refuse toujours de transférer des données à Moscou sur l'affaire Skripal


Moscou n'exclut pas l'implication des services de renseignement britanniques dans l'affaire Skripal, bien qu'à ce stade, il soit «difficile» d'en «parler directement», a affirmé ce samedi Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

«Nous ne disposons toujours pas d'informations concernant cette affaire. Les seules informations que nous avons reçues du Royaume-Uni, c'était hier, elles concernaient l'amélioration de l'état de santé de Ioulia Skripal», a-t-elle indiqué dans une interview à la chaîne Piatyï.

«De fait, il est difficile de parler directement de l'implication du Royaume-Uni et de responsables dans cette histoire, mais il subsiste des soupçons à cet égard», a poursuivi Mme Zakharova.

Selon la porte-parole, «la dissimulation d'informations, la non divulgation des détails de ce qui s'est passé porte à croire qu'en effet, les services de renseignement britanniques notamment pourraient être impliqués».

18 pays de l'UE ainsi que les États-Unis, le Canada, la Norvège, l'Ukraine, l'Albanie, le Monténégro et la Moldavie ont annoncé leur décision d'expulser des diplomates russes dans le cadre de l'affaire Skripal. Le plus grand nombre de Russes a été expulsé des États-Unis, soit 48 diplomates et 12 employés de la mission russe auprès de l'Onu. Washington a par ailleurs ordonné la fermeture du Consulat général russe à Seattle. Le nombre de diplomates expulsés dans le cadre de l'affaire Skripal avoisine désormais les 151 personnes du côté occidental, et plus de 300 au total des deux côtés.

La Russie a à son tour annoncé depuis jeudi l'expulsion de 60 diplomates des États-Unis ainsi que de 59 diplomates de pays européens, et a dit se réserver le droit de prendre des mesures à l'encontre de quatre autres pays (la Géorgie, la Belgique, la Hongrie et le Monténégro), en rétorsion aux mesures d'expulsion annoncées par nombre de pays occidentaux en lien avec l'affaire Skripal.