Sauf avis de recherche, nous ne publions plus de photographies, vidéos ou articles d'auteurs d'attentats, afin d'éviter d'éventuels effets de glorification posthume. Les rendre anonymes, c'est les combattre !

vendredi 24 novembre 2017

Guy Parmelin nomme Christian Catrina pour le renouvellement des moyens de protection de l’espace aérien


Christian Catrina (à gauche) est le Monsier avions de combat de Guy Parmelin (archives)
© KEYSTONE/LUKAS LEHMANN


Le ministre de la défense a nommé, avec effet immédiat, Christian Catrina, 61 ans, délégué pour le renouvellement des moyens de protection de l’espace aérien, ont indiqué vendredi ses services.

Entré au Département de la défense en 1987, Christian Catrina est depuis 2009 chef de la politique de sécurité du DDPS et, en sus, depuis 2011, secrétaire général suppléant.

Directement subordonné à Guy Parmelin, il élaborera pour ce dernier les documents nécessaires à la prise de décision des autorités politiques concernant l'achat de nouveaux avions de combat et le remplacement du système de défense sol-air. Il aura accès à tous les documents et toutes les activités en lien avec ces projets.

En se flanquant d'un délégué, le ministre de la défense entend renforcer le pilotage des acquisitions prévues et garantir que les aspects politiques cruciaux soient rapidement identifiés et traités avec circonspection.

Huit milliards

La bataille pour l'achat de nouveaux avions de combat a été relancée au début du mois lorsque le Conseil fédéral a fixé l'enveloppe: au maximum 8 milliards de francs, qui devront aussi servir pour un nouveau système de défense sol-air.

La possibilité d'un vote populaire est encore en suspens. Le Conseil fédéral devrait trancher au printemps s'il soumet au Parlement un projet attaquable par référendum, et sous quelle forme. Guy Parmelin a été chargé d'étudier plusieurs variantes d'ici février.

A ce stade, le Conseil fédéral n'a pas fixé le nombre de jets, ni leur fournisseur. Les moyens prévus correspondent à une option présentée en mai par un groupe d'experts avec 30 jets et d'un système de défense sol-air étendu.

Cinq productions devraient être évaluées. De ce côté-ci de l'Atlantique, on retrouve le Gripen suédois, le Rafale français et l'européen Eurofighter. S'y ajoutent deux avions américains: le successeur du FA-18, le Super Hornet, et le très cher et très puissant F-35.

Des demandes seront formulées l'année prochaine et le choix du Conseil fédéral devrait tomber vers 2020. Les appareils devraient quant à eux être livrés dès 2025.

ATS