Sauf avis de recherche, nous ne publions plus de photographies, vidéos ou articles d'auteurs d'attentats, afin d'éviter d'éventuels effets de glorification posthume. Les rendre anonymes, c'est les combattre !

jeudi 16 novembre 2017

Comment le service d'ordre d'Emmanuel Macron repousse un journaliste aux questions qui «dérangent»







Alors qu'il se déplaçait à Lille ce 14 novembre, Emmanuel Macron a soigneusement évité de répondre à certaines questions des journalistes. Son service d'ordre a même empêché un reporter de pratiquer son métier en le tenant à distance du cortège.

«Apparemment tu as posé une question qui dérange», souligne un passant tout sourire à un journaliste de C à vous (France 5). Entouré de plusieurs membres du service d'ordre d'Emmanuel Macron, Tancrède Bonora a été victime non seulement de l'indifférence d'Emmanuel Macron mais également de la virilité du service d'ordre.




Le président français, qui a vu sa cote de popularité chuter entre le mois de juin et l'automne (53% des Français estiment que la politique menée favorise les plus aisés), entretient des relations plutôt délicates avec les médias. Début octobre, il s'en était pris à la presse, accusée selon lui de mettre «le bordel» après la médiatisation de l'une de ses phrases polémiques. Cet été, il avait également pris de court la presse en annonçant qu'il ne se plierait pas à la traditionnelle interview du 14 juillet, ses proches estimant que sa pensée était «trop complexe» pour les journalistes.