Sauf avis de recherche, nous ne publions plus de photographies, vidéos ou articles d'auteurs d'attentats, afin d'éviter d'éventuels effets de glorification posthume. Les rendre anonymes, c'est les combattre !

lundi 3 juillet 2017

7800 recrues attendues sous les drapeaux




C'est parti pour la 2e volée des écoles de recrues de cette année. Selon les chiffres de l'armée publiés ce lundi, environ 7800 recrues dont 145 femmes devraient se présenter. Quelque 1'560 recrues accompliront leur service d'une traite en tant que militaires en service long.

A noter que 67 jeunes ont été interdits de convocation car ils présentaient un risque potentiel pour eux-mêmes ou pour leur entourage. Ceci après des incidents qui se sont produits après la fin de la procédure de recrutement, explique le Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports (DDPS).

En raison du développement de l'armée (DEVA), il n'y aura pas de troisième école de recrues en 2017. Avec la réforme, qui entre en vigueur en 2018, les effectifs seront réduits de 200'000 à 100'000 militaires (avec un effectif réel de 140'000). L'école de recrues continuera de durer 18 semaines. Il n'y en aura plus trois mais deux par an.

Bientôt davantage de femmes?

L'armée, suivie par la droite du Parlement, se plaint régulièrement de manquer d'hommes. Dernière idée en date: les femmes pourraient être appelées à servir, sur la base du «modèle norvégien». Celui-ci oblige les hommes et les femmes à servir. L'armée et la protection civile sélectionnent les individus dont elles ont besoin. Les autres personnes s'acquittent de la taxe d'exemption.

L'idée est jugée «novatrice et prospective» par le Conseil fédéral. Celui-ci n'entend toutefois pas presser le pas. Un rapport sur les besoins réels en effectif devra être présenté d'ici 2020.

Par ailleurs, le DDPS rappelle que les recrues ayant besoin d'aide sont encadrées et conseillées du point de vue médical, spirituel, psychologique et social. Elles peuvent s'adresser directement à leur commandant, au médecin de troupe, à l'aumônier de l'armée (tél: 0800 01 00 01), au Service psychopédagogique de l'armée (0800 11 33 55) ou au Service social de l'armée (SSA 0800 855 844).